Amérique Latine : dossiers Wikileaks

Amérique Latine : dossiers Wikileaks
L’association France-Cuba vous invite à découvrir un article d’Alexander Main et de Dan Beeton (Jacobinmag.com) dont la version française est disponible sur Mémoire des luttes : « Comment Washington tente de déstabiliser les gouvernements progressistes ». Ici nous reproduisons un extrait avec l’aimable autorisation de MEDELU.

Amérique Latine : dossiers Wikileaks

Les dossiers Wikileaks révèlent des câbles diplomatiques étasuniens sur l’assaut coordonné contre les gouvernements de gauche en Amérique latine. Le chapitre intitulé Contrer la « menace » bolivarienne rappelle les entreprises énergiques d’Hugo Chavez visant à rejeter massivement les politiques néolibérales ainsi que ses relations étroites avec Fidel Castro. On y apprend également l’effort continu des diplomates américains pour empêcher les gouvernements caribéens et centre-américains d’adhérer à PetroCaribe (accord vénézuélien régional qui permet à ses signataires d’obtenir du pétrole et des produits pétroliers à des prix préférentiels), parfois en soutenant des méthodes violentes et illégales. Extraits :

Pendant la guerre froide, la menace supposée d’une expansion communiste soviétique et cubaine servit à justifier les innombrables interventions visant à renverser les gouvernements qui penchaient à gauche, et maintenir à flot les régimes militaires réactionnaires. De la même manière, les câbles de WikiLeaks montrent comment, dans les années 2000, le spectre du « bolivarisme » vénézuélien a été utilisé pour justifier les interventions contre de nouveaux gouvernements de gauche anti-néolibéraux comme celui de la Bolivie, dépeint comme « ouvertement tombé dans le giron du Venezuela », ou de l’Équateur, présenté comme « un cheval de Troie de Chavez ». Les relations de Washington avec le gouvernement de Hugo Chavez tournèrent rapidement au vinaigre. (…)

On ne doit pas oublier que les câbles de WikiLeaks n’offrent aucun aperçu sur les activités des services de renseignement américains qui agissent de façon plus secrète. Ces câbles constituent seulement la partie visible de l’iceberg en matière d’ingérence politique américaine dans la région. Néanmoins, ils apportent amplement la preuve des efforts continus et déterminés des diplomates américains pour intervenir contre les gouvernements indépendants de gauche en Amérique latine, en utilisant l’octroi de subsides, les multiples instruments disponibles dans la boîte à outils de la « promotion de la démocratie » – et parfois en soutenant (y compris financièrement) des méthodes violentes et illégales.

Si quelques avancées positives dans la région sont à porter au crédit de l’administration Obama – dont le rétablissement des relations diplomatiques avec Cuba n’est pas la moindre – aucun signe ne montre que la politique à l’égard du Venezuela et d’autres gouvernements de gauche en Amérique latine ait fondamentalement changé.

Lire la suite…  (Traduction : Mireille AzzougRévision et édition  : Mémoire des luttes)

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *