Attentat au Venezuela : ce qu’il faut savoir

Attentat au Venezuela : ce qu'il faut savoir


Attentat au Venezuela : ce qu’il faut savoir – Le 27 juin, un attentat a eu lieu à Caracas contre des bâtiments abritant des institutions vénézuéliennes. Que sait-on actuellement de cette opération criminelle ?

Attentat au Venezuela : ce qu’il faut savoir

Un hélicoptère du Corps de Recherches Scientifiques Pénales et Criminelles (CISPC) a été volé le mardi [27 juin] et a été utilisé dans un attentat contre des bâtiments du Pouvoir Public à Caracas.
L’attaque armée a été confirmée par le président vénézuélien, Nicolas Maduro, qui a précisé que l’attaque a été perpétrée contre le siège du Tribunal Suprême de Justice (TSJ) et du ministère de l’Intérieur, de Justice et de Paix, au centre de la capitale.

Quand cela est-il arrivé ?

Les faits se sont produits le mardi après-midi, juste au moment où le président se trouvait dans le Palais de Miraflores pour la cérémonie de remise du Prix National de Journalisme.

Qui est le responsable ?

Selon les premières recherches et les vidéos diffusées par l’attaquant sur des réseaux sociaux, l’un des auteurs du vol de l’aéronef est Óscar Pérez, ex-pilote de l’ex-ministre de l’Intérieur, Miguel Rodríguez Torres, accusé d’avoir des liens avec l’agence d’intelligence nord-américaine. Ce mardi, l’ancien titulaire du portefeuille a admis avoir eu des contacts avec la CIA. Mais il a prétendu qu’ils ont eu lieu sur ordre du défunt leader bolivarien, Hugo Chávez.

Dans ses réseaux sociaux, Pérez a diffusé un message dans lequel il exigeait la démission du président et de l’équipe ministérielle, ainsi que la convocation à des élections générales :

« En ce jour nous sommes en train de lancer un déploiement aéroterrestre dans l’unique but de rendre le pouvoir au peuple démocratique« , disait le communiqué qu’il a lu avant de perpétrer l’attaque contre les institutions de l’État.

Quelles sont les réactions ?

Le président Maduro a indiqué qu’après les évènements de ce mardi il pourrait renforcer le plan Zamora, un dispositif de sécurité destiné à maintenir l’ordre public :

« Je ferai toujours ce qu’il y aura à faire avec beaucoup de conscience, avec beaucoup de certitude, avec beaucoup de sérénité ».

Les alentours du Palais de Miraflores et de Fort Tiuna ont été militarisées.
L’ex-ministre Rodríguez Torres a condamné l’attaque et a assuré que le responsable n’a pas été son pilote :

« Je regrette de le démentir à nouveau, monsieur Presidente. J’ai toujours volé dans les hélicoptères du Sebin et le pilote a été le commissaire Pedro Pérez« , a-t-il écrit sur des réseaux sociaux.

Comment ont-ils volé l’hélicoptère ?

Le ministre de la Communication, Ernesto Villegas, a confirmé l’identité de l’attaquant. De plus, il a précisé que l’hélico a été volé à la Base Militaire de La Carlota, à l’Est de Caracas, parce que l’un des pilotes avait des papiers officiels attestant qu’il était un inspecteur assigné au transport aérien.

Comment l’attaque s’est-elle produite ?

Conformément au communiqué lu par Villegas, 15 tirs ont été effectués depuis l’hélicoptère contre le bâtiment du Ministère de l’Intérieur et de la Justice alors qu’une réception y était organisée à l’occasion de la journée du Journaliste à laquelle assistaient quelques 80 personnes. Par la suite, l’hélicoptère s’est dirigé vers le siège du Tribunal Suprême de Justice (TSJ), bâtiment contre lequel ont été lancées quatre grenades « d’origine colombienne et israélienne ». Les magistrats de la Salle Constitutionnelle étaient dans en session et les employés dans leurs bureaux.

Y a-t-il des victimes ?

Jusqu’à 23 heures, il n’y a pas eu de bilan officiel faisant état de victimes décédées ou de blessés. Le ministre Villegas a précisé que l’une des grenades lancées contre le TSJ n’a pas éclaté. Et aussi, qu’elle a été récupérée par les organismes compétents.

Quelles mesures le président a-t-il prises ?

Villegas a annoncé que les Forces Armées « sont déployées pour capturer » les responsables des faits. De plus, les Vénézuéliens ont été invités à donner tout détail concernant l’endroit où se trouve l’hélicoptère AL 911.

Et la réaction de l’opposition ?

Le président Maduro a appelé les facteurs d’opposition, regroupés dans la Table de l’Unité Démocratique (MUD) à condamner l’attentat et  » à se démarquer de la violence« . Cependant, quelques minutes après l’attaque, le gouverneur de l’opposition Henrique Capriles a appelé à prendre l’évènement comme un encouragement à maintenir la convocation de protestation de rue, qui a vu la nette diminution de ses participants, ces dernières semaines. Le dirigeant de droite Freddy Guevara a eu une réaction similaire :

« Il n’y a pas encore assez d’information sur l’hélicoptère. La seule chose sûre c’est que la rue doit continuer », a-t-il écrit dans des réseaux sociaux.


Auteur : Nazareth Balbás (Lo Cierto Sin Censura)
Traduction : Annie Arroyo (France-Cuba)
Article publié sur le site de l’association France-Cuba le : 1er juillet 2017
URL de l’article : http://www.francecuba.org/lattentat-au-ven…quil-faut-savoir/

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *