Le Blocus est maintenu malgré les nouvelles mesures

Le Blocus est maintenu malgré les nouvelles mesures
Le Blocus est maintenu malgré les nouvelles mesures – Cinq jours avant une visite qui promet d’être bénéfique pour le processus vers la normalisation des relations entre Cuba et les États-Unis, viennent à la lumière de nouvelles mesures qui peuvent contribuer à rapprocher les deux gouvernements. La Havane, 17 mars (ACN)

Le Blocus est maintenu malgré les nouvelles mesures

Le blocus économique, commercial et financier nord-américain, pesant officiellement sur l’île des Caraïbes depuis 1962, continue de « lâcher du lest » ; cette fois, avec l’autorisation pour de Cuba d’utiliser le dollar dans certaines de ses transactions internationales et avec l’assouplissement des règlements pour voyager à l’Île dans les 12 catégories autorisées.

Dans l’ensemble des mesures annoncées par les départements de la Trésorerie et du Commerce des USA en janvier et septembre 2015 et au cours des premiers mois de l’année 20161, ont été « assouplies » quelques paragraphes de la politique quant aux voyages, remises, télécommunications, commerce, transactions financières et crédits.

Cependant, on n’avait jusqu’à présent pas « touché » à la question de l’utilisation de «billets verts» pour Cuba, ce qui suppose que c’est une des mesures de « plus grande portée et d’impact » que celles adoptées par le Président étasunien pour modifier l’application de certains aspects du blocus.

Il semblerait que la politique génocidaire et unilatérale se soit « détendue » ; il convient de vérifier si persistent, avec cette nouvelle disposition, les effets d’intimidation du siège, ainsi que la persécution et les millions de dollars d’amendes contre les banques et les institutions financières effectuant des transactions avec Cuba.

Depuis le 17 Décembre 2014, lorsque les présidents Raúl Castro et Barack Obama ont annoncé la décision de rétablir les relations diplomatiques, Washington a sanctionné cinq organismes nationaux et trois entités étrangères pour une valeur totale de deux mille 830 millions de dollars.

On ne peut pas effacer non plus d’un seul coup les dommages économiques et humains que depuis plus d’un demi-siècle cette politique hostile a provoqué sur le peuple cubain.

En accord avec le dernier rapport sur le blocus contre Cuba, les dommages se montent à 833755 millions de dollars -compte tenu de la dépréciation du dollar par rapport à la valeur de l’or sur le marché international- et, à prix courant, a causé des préjudices de plus de 121 mille 192 millions de dollars.

Tous les domaines économique et sociaux ont été touchés, la santé et l’éducation étant les deux plus sensibles.

Comme démontré, le Président des USA peut appliquer ses pouvoirs exécutifs pour éroder les fondements du blocus, même si son effondrement total dépend d’une décision du Congrès de ce pays.

Pour ne citer que deux exemples, c’est cette entité qui a encore le dernier mot sur l’interdiction des filiales étasuniennes dans les pays tiers d’échanger des biens avec Cuba (loi Torricelli), et sur l’impossibilité d’effectuer des transactions avec des propriétés nord-américaines nationalisées par l’Île (loi Helms Burton).

Bien que le pays a fait preuve de respect pour les nouvelles étapes qui se dirigent vers un démembrement de cette politique, il toujours rester clair sur le fait que l’une des actions nécessaires à la pleine normalisation des relations sera de mettre un point final et définitif au blocus, demande approuvée par le vote de presque tous les pays fait chaque année à l’Assemblée Générale de l’ONU depuis 1990.

Auteur : Lisandra Romeo Matos

Source : ACN.cu, « Otras rayas menos, pero el bloqueo de EE.UU. a Cuba se mantiene« , le 17 mars 2016

Traduction : Admin site France-Cuba

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *