Cuba, paradis caché

Cuba, paradis caché
Cuba, paradis caché – L’esprit scientifique salue les efforts du gouvernement cubain. Car il a fait de la protection de l’environnement, sa priorité. Documentaire de 56′ diffusé sur les chaines TV françaises, un vrai régal malgré une ou deux expressions déplacées comme, par exemple, « régime ».

Cuba, paradis caché

 

« En tant qu’américain, on imagine qu’il n’y a pas de touristes à Cuba, mais on oublie que c’est nous qui avons posé cet embargo »

«  Le gouvernement de Cuba a fait de la protection de l’environnement une de ses priorités »

 


Cuba, paradis caché_France 5 par chat21590

Depuis 50 ans, Cuba est restée ouverte à la vie sauvage. Alors que de nombreuses îles des Caraïbes ont empoisonné ou dégradé leurs richesses écologiques sur la terre et dans la mer à la poursuite d’une industrie touristique en plein essor, les paysages sauvages de Cuba sont restés pratiquement intacts, demeurant un refuge pour les rares et fascinants animaux indigènes, ainsi que pour les centaines d’espèces d’oiseaux migrateurs et de créatures marines. Les récifs coralliens en ont bénéficié également : des recherches indépendantes ont montré que les coraux de Cuba se sont maintenus mieux que la plupart à la fois dans les Caraïbes et dans le monde.

Biologistes et passionnés luttent pour préserver cette faune et cette flore qui ont bénéficié jusque-là de l’embargo et des restrictions économiques. La recherche scientifique à Cuba sur des créatures telles que le crocodile « sautant » et les célèbres escargots peints, jumelée aux efforts écologiques vers les tortues marines, a été menée principalement par des experts locaux dévoués. Conservation et recherche à Cuba peuvent être une lutte constante pour les scientifiques qui sont peu payés.

Le réalisateur et producteur Doug Schultz a suivi en 2010 ces scientifiques qui explorent la population de crocodiles du marais de Zapata, la naissance de bébés tortues marines, et les mystères de l’évolution démontrés par des créatures qui ne se déplacent pas plus de 60 mètres dans une vie.

La plupart des experts prédisent que la fin de l’embargo commercial imposé à Cuba par les États-Unis pourrait avoir des conséquences dévastatrices. Le tourisme pourrait exploser et le développement économique liée au tourisme et d’autres industries pourrait changer la face de ce qui était autrefois un écosystème quasi vierge. Ou alors Cuba pourrait servir d’exemple pour la conservation dans le monde entier, la définition d’une nouvelle ère de développement durable bien au-delà des frontières de l’île…

Source : E-karbe.com, le 27 février 2013


Cuba, paradis caché

Cuba a été obligée de mettre en place des pratiques agricoles écologiques. Avec moins de nutriments qui s’écoulent dans la mer, les impacts sur le récif ont été limités. Moins d’engrais, moins d’algues.

David repère un vieil ami, une espèce qu’il n’avait pas vue depuis des années. Un magnifique spécimen de corail, la corne d’élan. Ces créatures sont la base des récifs des Caraïbes. Près de 95% des coraux de cette espèce ont été détruits par la pollution ou la maladie. Ces coraux qu’on trouve dans les eaux cubaines pourraient bien être les derniers survivants de leur espèce. Comment se fait-il que les coraux se portent aussi bien Cuba ? Nous ne le savons pas. Mais si on perce ce mystère, on pourrait apprendre à protéger les coraux ailleurs dans le monde. Notamment sur notre propre territoire, à 150 kilomètres d’ici.
Cuba est le géant des Caraïbes. À elle seule, elle représente la moitié des terres non-immergées des Caraïbes. La nature a joué de tous ses atouts pour la façonner. La forêt tropicale humide jouxte des forêts de pins. Les marais côtoient des territoires désertiques. Malgré la majesté de l’île, il faut observer un phénomène à plus petite échelle pour constater la splendeur de Cuba.

On y trouve la plus petite chauve-souris. Également l’une des plus petites chouettes. Et le plus petit oiseau au monde, un colibri qui ne pèse pas plus lourd qu’une pièce de monnaie. Le colibri ou oiseau mouche est un miracle de l’évolution. C’est un descendant des dinosaures qui ne mesure que 5 cm. Il fait des cabrioles, à la recherche des fleurs dont il se nourrit. En une seule journée, les colibris sont capables de manger l’équivalent de la moitié de leur poids en nectar et en insectes. La taille de cet oiseau a aussi ses inconvénients. Lorsqu’il s’agit de nourriture, il doit laisser la priorité à son voisin plus gros que L’une des plus petites créatures de Cuba vit sur le sol de la forêt: une grenouille toute petite. La vie sur un sol parsemé de feuilles est pleine de dangers. Certains voisins affamés pourraient ne faire qu’une bouchée de cette petite grenouille.

Source : telescoop

Print Friendly, PDF & Email

1 réflexion sur « Cuba, paradis caché »

  1. Mr Trump conçoit la politique d’une façon bizarre il coupe les États Unis de rapports avec ses voisins ce qui va à l’encontre d’une politique d’agrandissement mais plutôt une politique tiranique basée sur Le simple fait de la force il devrait faire tres attention aux retombées après Le moyen orient à réfléchir bien a vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *