Des patients cubains face au Blocus

Les patients cubains face au Blocus
Le discours de M. Rodriguez Parrilla, prononcé à l’Assemblée Générale de l’ONU mardi 27 octobre, rend compte de la nécessité de lever le blocus économique, commercial et financier appliqué à Cuba par les USA. Entre autres nuisances, il y a celle qui empêche les patients cubains de bénéficier de matériel médical et de médicaments [1].

Des patients cubains face au Blocus

Un article publié sur L’Obs à la Une sous le titre « L’embargo Américain, une question parfois vitale pour les patients cubains », rapporte les témoignages des patients cubains face au blocus :

(…) Pour se procurer ce remède et d’autres médicaments sous licence aux États-Unis, le ministère cubain de la Santé est contraint de contourner l’embargo en passant par un pays tiers, ce qui fait grimper les prix… et les délais. « En ce moment ma fille est en radiothérapie, il y a 27 (sessions). Après elle devra se reposer 10 ou 15 jours puis commencer la chimiothérapie avec ce médicament », explique à l’AFP sa mère rencontrée à l’hôpital oncologique de La Havane. Assise sur un coin du lit de Noemi, cette mère de 28 ans essuie discrètement une larme. Elle ne sait pas encore si le précieux traitement arrivera en temps voulu. (…) Lire la suite sur Tempsréel.nouvelobs.com, Publié le 27-10-2015.


[1] Extrait du discours du Ministre des Relations Extérieures de la République de Cuba à ce sujet :

Cuba doit faire connaître quel est le destinataire final des médicaments achetés, ne peut payer directement, mais doit passer par des tiers, et ne peut utiliser le dollar, ce qui implique des difficultés, des retards et des coûts supplémentaires. Je pourrais mentionner de nombreux exemples. Ainsi, la société Elekta nous a confirmé le 2 septembre dernier qu’elle ne pourra pas livrer à l’Institut national de cancérologie et de radiobiologie à l’isotope radioactif Iridium-192, qui garantit le fonctionnement normal des équipements de brachythérapie, indispensables pour traiter le cancer avec plus de qualité et de précision, parce que son fournisseur, la société étasunienne Mallinckrodt Pharmaceuticals, a refusé de le lui vendre s’il était destiné à Cuba. La société étasunienne Small Bone Innovation, Inc., a refusé de vendre à l’Hôpital orthopédique Frank País des prothèses d’articulations du poignet et de la main destinées à des patients atteints d’arthrite rhumatoïde. En juin dernier, la société étasunienne Sigma-Aldrich a refusé de livrer à la compagnie Quimimpex des produits, des services et la documentation technique indispensables à notre industrie chimique, tandis que la société étasunienne Columbiana Boiler Company, LLC, a fait savoir à cette même compagnie qu’elle n’était pas autorisée à livrer les bouteilles nécessaires au transport du chlore utilisé pour épurer l’eau. Le blocus constitue une violation flagrante, massive et systématique des droits humains de tous les Cubains, est contraire au droit international, apparaît comme acte de génocide aux termes de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide (1948) et reste le principal obstacle au développement économique et social de notre peuple. Les dommages humains, les carences et les privations qu’il cause à toutes les familles cubaines sont incalculables, d’autant que 77 p. 100 des Cubains en souffrent depuis leur naissance.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *