Élections Argentine : à droite toute !

Élections Argentine : à droite toute !
Élections Argentine : à droite toute ! Peu diffusées par les médias, elles risquent pourtant d’avoir des conséquences négatives pour tous les pays d’Amérique Latine qui, depuis des années, s’efforcent de faire échec aux manœuvres capitalistes impulsées par Washington.

Élections Argentine : à droite toute !

Élections Argentine : à droite toute !
Bleu : Front pour la victoire – Daniel Scioli – 48,6 % Orange : Coalition « Changement » – Mauricio Macri – 51,4 %

 

Le 22 novembre dernier1, les Argentins ont choisi le successeur de leur présidente, Cristina Fernández de Kirchner. Le 10 décembre 2015, c’est Mauricio Macri, élu avec 52,11 % des voix, qui lui succèdera à la tête du pays.

C’est une élection dont on n’a pas beaucoup parlé. Et pourtant, elle risque avoir des conséquences négatives pour tous les pays d’Amérique Latine qui depuis des années s’efforcent de faire échec aux manœuvres capitalistes impulsées par Washington.
 

« Mauricio Macri, né le 8 février 1959, est un homme politique argentin, fondateur du parti de droite Compromiso para el Cambio (Pacte pour le changement) qui fait partie, depuis 2005, de la coalition Propuesta Republicana  » 2.

La politique, au départ, ce n’était pas vraiment la vocation de ce fils d’un riche entrepreneur italien qui a obtenu un diplôme d’ingénieur à l’Université catholique argentine (UCA), travaillé pour Citibank et dirigé pendant une douzaine d’années diverses sociétés du Groupe Macri, l’entreprise de papa: enfant, il voulait être attaquant dans son équipe de foot favorite ou chanteur. Mais n’est pas Maradonna qui veut, et Mauricio Macri  renonça à une carrière de joueur pour devenir président de Boca Juniors, le mythique club de football argentin. Ce qui lui a permis d’acquérir une notoriété qui l’a porté, en 2007, à la mairie de Buenos Aires.

Son projet pour l’Argentine  est ouvertement néolibéral : dévaluation du peso argentin, liberté des prix, opposition à l’UNASUR (Union des Nations Sud-américaines), au MERCOSUR (Marché Commun du Sud) et à la CELAC (Communauté des États Latino-Américains et de la Caraïbe), opposition à la création de nouveaux centres universitaires (« ¿Qué es esto de universidades por todos lados ? ¡Basta de esta locura ! »3 ) et augmentation de la compétitivité de l’économie argentine aux dépens des salaires (« Los salarios son un costo más que debería reducirse para aumentar la competitividad de Argentina »4 – 1999).
 
Macri n’est pas de gauche, il ne s’en cache pas. Son assesseur – certains disent « son gourou » –  est Jaime Duran Barba, un Équatorien qui a longtemps travaillé pour le chef d’entreprise Alvaro Noboa, plusieurs fois candidat à l’élection présidentielle en Équateur. Il est l’ami des États-Unis, où il voyage régulièrement, et fréquente les opposants aux gouvernements de gauche de l’Amérique Latine, particulièrement les opposants au gouvernement vénézuélien. Déjà, il a manifesté son hostilité envers le Venezuela en menaçant, s’il était élu, de faire exclure le pays de Chavez et Maduro du MERCOSUR… Des amitiés qui expliquent sans doute que l’un des premiers messages de félicitation après son élection soit signé Tomás Guanipa, un député vénézuélien de droite. Le message est clair :

« Felicitaciones a ‪Mauricio Macri, tu triunfo es el preambulo del cambio en nuestra ‪Venezuela”5.
 
Voilà qui promet.
Les élections législatives se profilent au Venezuela. Le 6 décembre prochain, le peuple choisira ses députés. Faisons-lui confiance.
Mais restons vigilants : les USA ont clairement désigné la République Bolivarienne du Venezuela comme cible prioritaire !
 
Auteur : Annie Arroyo pour France-Cuba

 

Voir 5 notes

  1. voir le Communiqué des Argentins résidents en France
  2. Proposition Républicaine selon Wikipédia
  3. « C’est quoi, ces université un peu partout ? Ça suffit, cette folie ! »
  4. « Les salaires sont un coût supplémentaire qui devrait être réduit pour augmenter la compétitivité de l’Argentine »
  5. « Félicitations à Mauricio Macri, ton triomphe est le préambule du changement dans notre Venezuela »
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *