L’armistice de 1918, par l’ambassadeur du Venezuela

L'armistice de 1918, par l'ambassadeur du Venezuela

L’armistice de 1918, par l’ambassadeur du Venezuela – De l’armistice du 11 novembre 1918 à l’Union européenne 2017. L’imposition unilatérale de sanctions viole des règles élémentaires du Droit international. Elle humilie et vexe les peuples et les nations…

L’armistice de 1918, par l’ambassadeur du Venezuela

Héctor Michel Mujica Ricardo est ambassadeur du Venezuela
Héctor Michel Mujica Ricardo est ambassadeur du Venezuela. Ambassade de la République bolivarienne du Venezuela

L’armistice du 11 novembre 1918 fut la culmination d’une guerre fratricide entre les peuples et les nations qui laissa un terrible bilan de plus de 9 millions de soldats morts. Sans compter les victimes civiles, les gazés, les mutilés à vie.

Par ailleurs, le nombre de victimes s’élève à plus de 20 millions. Et l’imposition du terrible Traité de Versailles au peuple allemand a fait naître des ressentiments et des haines qui furent à la base du nazisme et du fascisme Dans toute l’Europe. Et elles menèrent à la 2° Guerre Mondiale.

Autrement dit, les Alliés (France, Royaume Uni, l’Italie qui les rejoignit en 1915, l’Empire Russe, qui se retira en 1917, et les États Unis en 1917) ont gagné la guerre contre les Empires Allemand et Austro-hongrois et le Royaume d’Italie. Mais ils ont perdu la paix avec le Traité de Versailles.

L’Armistice de 1918 semble avoir été une sorte de pause préméditée pour déclencher la revanche irrationnelle que plus tard bouleversera le monde en apprenant les occupations et les atrocités du nazisme pendant la 2ème Guerre Mondiale.

Des sanctions unilatérales qui violent le Droit international

On ne peut pas imposer aux peuples et aux nations des sanctions unilatérales qui les humilient et les plongent dans la misère la plus terrible. En se fondant sur l’hégémonie supposée de la vieille Europe sur le reste du monde, dans son arrogance impériale. La seule forme de surmonter les conflits est le dialogue par les voies diplomatiques existantes.

Je salue sincèrement les expressions de réconciliation que l’Ambassadeur français à Caracas, Romain Nadal, a lancé sur son compte Twitter, à l’occasion de la commémoration de la fin de la Guerre. Et ce, en promouvant des manifestations artistiques avec l’Ambassade d’Allemagne à Caracas.

Je considère très opportun de faire un appel à la réflexion pour travailler dans ce même esprit de coexistence pacifique dans le contexte actuel de la société vénézuélienne. Et cela, tandis que l’Union Européenne vient d’adopter des sanctions contre le Venezuela qui vont dans le sens opposé à l’appel à la réconciliation lancé par mon homologue français, dans une date si importante pour l’histoire.

Pourtant, la France et l’Allemagne auraient pu réagir autrement, au sein de l’Union Européenne. Par exemple, lancer un appel urgent pour l’arrêt immédiat des menaces contre le Venezuela. Qui, de façon irrationnelle, immorale et irresponsable ont été préparées ces derniers mois dans cette Organisation multilatérale. Par exemple aussi, favoriser un dialogue constructif entre les parties en conflit.

L’Armistice du 11/11/1918 peut être un exemple

Le 11 novembre, j’accompagnai le Peuple Français dans la commémoration d’une date qui marque encore l’histoire des peuples… ne pas oublier, faire justice, … ce sont les seules voies vers la paix.

Par conséquent, l’imposition unilatérale de sanctions viole des règles élémentaires du Droit international. Elle humilie et vexe les peuples et les nations. Elle porte atteinte à leur souveraineté, mène au refus du dialogue. De plus, dans le pire des cas, elle mène les grandes puissances au revanchisme obtus et militariste. Et enfin, elle mène les peuples et les nations opprimées à fermer les rangs en défense de leurs droits et de leur souveraineté.

En conclusion, le geste symbolique de commémorer l’Armistice du 11 novembre 1918 peut et doit être un exemple pour que jamais cela ne se répète. Ainsi que pour la mise en œuvre d’une action similaire dans d’autres peuples et d’autres nations.

Auteur : Ambassadeur Michel Mujica Ricardo auprès de la République française et des Principautés de Monaco et d’Andorre.

Site de l’Ambassade du Venezuela à Paris


Date de publication de l’article : le 28-11-2017

URL de l’article : http://www.francecuba.org/larmistice-de-1918-lambassadeur-venezuela/

Print Friendly, PDF & Email

1 réflexion sur « L’armistice de 1918, par l’ambassadeur du Venezuela »

  1. La volonté de paix et de raison de la part de l’ambassadeur de la république bolivarienne est très manifeste et louable.
    Toutefois, dans ce discours, il y a quelques raccourcis historiques qu’il est nécessaire de corriger.
    Premier point essentiel : ce n’est pas l’Empire russe qui a décidé de faire la Paix, mais Lénine, dès le 1er jour de la victoire de la Révolution. Cette paix étai voulue par le peuple russe depuis … le début et ce n’était que misère et mort dans la Russie tsariste : les Russes n’ayant aucune velléité de se battre contre d’autres pays sinon pour se défendre Du reste, l’armée tsariste perdait toutes ses guerres contre les puissances impérialistes concurrentes : Japon, Angleterre, France ( Crimée) et le tsar a même offensé son propre pays en offrant sur un plateau l’Alaska et la côte occidentale de l’Amérique aux Etats-unis. Nulle volonté de vengeance nationaliste en Russie pour autant, le Capital y étant nettement compradore.
    De plus l’Allemagne, la Paix à l’Est signée avec Litvinov, par le Traité de Brest Litovsk, s’est arrogé tous les buts de guerre qu’elle avait à l’Est et à la limite, elle serait sortie gagnante de la guerre rien que par ces acquisitions, n’eût été la défaite à l’Est qui rendit caduque le terrible Traité de Brest-Litovsk. La Russie pour autant n’a pas eu de volonté de revanche sur cette Allemagne : l’humiliation ne suffit pas à expliquer le fascisme : il faut une analyse de classe.
    Après la victoire logique de la Révolution bolchévique, l’impérialisme n’était pas mort et il a envahi ( 14 pays) la Russie. Pour se venger de quoi ? il a assassiné 7 millions de Russes pour tuer la Révolution mais ça n’a pas suffi…
    Donc le fascisme peut sembler naître de Versailles, mais il est né déjà, de la répression des Révolutions, à commencer par la Bolchévique, et il est né en Allemagne là où l’on a écrasé les Révolutions à Berlin et en Bavière notamment. Il est aussi né dans un pays vainqueur : en Italie ( qui en plus a gagné les « terres irédentes » jamais italiennes, sur un pays allié ( Trieste n’était pas italien).
    De même, en Pologne, pourtant construite ( cadeau des impérialistes) sur ce qui fut l’Empire tsariste, un régime nettement à droite, celui de Pilsudski , nationaliste, s’est établi, très hostile à l’URSS : pourtant le Traité de Versailles était généreux avec la Pologne … ( mais dans ses clauses secrètes, si la Révolution était écrasée et le tsarisme rétabli, la Pologne devait disparaître !)
    La Bourgeoisie du Venezuela n’a as subi Versailles non plus …
    Le fascisme c’est avant tout une guerre des classes.

    Donc certes, il faut la Paix, mais l’impérialisme est là et ne renonce jamais.
    Comme l’écrivit Héraclite : il faut savoir que la Guerre est injuste, et la Justice, une lutte permanente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *