« Latino America » orchestre symphonique Simon Bolivar

"Latino America" orchestre symphonique Simon Bolivar

« Latino America » orchestre symphonique Simon Bolivar -« Amérique Latine » chantée au Venezuela part Calle 13 en 2011 : « Tu ne peux pas acheter le vent, Tu ne peux pas acheter le soleil, Tu ne peux pas acheter la pluie,
Tu ne peux pas acheter la chaleur… » Vidéos et paroles

« Latino America » orchestre symphonique Simon Bolivar

Paroles et traduction

"Latino America" orchestre symphonique Simon Bolivar

traduction ♪ Latinoamérica ♪
{Amérique Latine}

[Caille 13] Je suis… je suis ce qu’ils ont laissé
Je suis tout ce qu’il reste de ce qu’ils ont volé
Un village caché dans les cimes
Ma peau est de cuir, c’est pourquoi elle résiste à tous
les climats
Je suis une usine de fumée
Main d’oeuvre paysanne pour ta consommation
Vague de froid au milieu de l’été
« L’amour aux temps du choléra » (1), mon frère !
Je suis le soleil qui se lève et le jour qui se termine
Avec les meilleurs couchers de soleil
Je suis le développement en chair et en os
Un discours politique sans salive
Les visages les plus beaux que j’ai connu
Je suis la photographie d’un disparu
Le sang dans tes veines
Je suis un lopin de terre qui en vaut la peine
Un panier d’haricots, je suis Maradona contre l’Angleterre
Marquant deux buts
Je suis ce qui soutient mon drapeau
L’épine dorsale de la planète, c’est la cordillère
Je suis ce que m’ont appris mes parents
Celui qui n’aime pas sa patrie, n’aime pas sa mère
Je suis l’Amérique Latine, un peuple sans pieds mais qui
avance
Eh !

[Refrain] [Totó La Momposina] Tu ne peux pas acheter le vent
Tu ne peux pas acheter le soleil
Tu ne peux pas acheter la pluie
Tu ne peux pas acheter la chaleur

[María Rita] Tu ne peux pas acheter les nuages
Tu ne peux pas acheter les couleurs
Tu ne peux pas acheter ma joie
Tu ne peux pas acheter mes douleurs

[Calle 13] J’ai les étangs, j’ai les fleuves
J’ai mes dents pour quand je souris
La neige qui maquille mes montagnes
J’ai le soleil qui me sèche et la pluie que me lave
Un désert ivre de Peyolt (2)
Une gorgée de Pulque (3) pour chanter avec les coyotes
Tout ce dont j’ai besoin, j’ai mes poumons qui respirent le
bleu clair
l’altitude qui fait suffoquer
Je suis les molaires de ma bouche, mastiquant de la coca
L’automne avec ses feuilles défaillantes
Les vers écrits sous la nuit étoilée
Une vigne pleine de raison
Un champ de canne à sucre sous le soleil de Cuba
Je suis la mer des Caraïbes qui surveille les petites
maisons
Faisant des rituels d’eau bénite
Le vent qui coiffe mes cheveux
Je suis tous les saints qui pendent à mon coup
Le fruit de ma lutte n’est pas artificiel
Car l’engrais de ma terre est naturel

[Refrain] [Totó La Momposina] Tu ne peux pas acheter le vent
Tu ne peux pas acheter le soleil
Tu ne peux pas acheter la pluie
Tu ne peux pas acheter la chaleur

[Susana Bacca] Tu ne peux pas acheter les nuages
Tu ne peux pas acheter les couleurs
Tu ne peux pas acheter ma joie
Tu ne peux pas acheter mes douleurs

[María Rita] Tu ne peux pas acheter le vent
Tu ne peux pas acheter le soleil
Tu ne peux pas acheter la pluie
Tu ne peux pas acheter la chaleur
Tu ne peux pas acheter les nuages
Tu ne peux pas acheter les couleurs
Tu ne peux pas acheter ma joie
Tu ne peux pas acheter mes douleurs

Tu ne peux pas acheter le soleil…
Tu ne peux pas acheter la pluie
Nous marchons, nous dessinons x2

[Caille 13] Je travaille dur mais avec fierté
Ici on partage, ce qui m’appartient est à toi
Ce peuple ne se noie pas avec des grandes vagues
Il s’effondre, je le reconstruis
Je ne cligne pas non plus des yeux quand je te regarde
Pour que tu te souviennes de mon nom
L’opération Condor envahissant mon nid
Je pardonne mais je n’oublie jamais
Eh !

Nous marchons
Ici on respire la lutte
Nous marchons
Je chante parce qu’on écoute
Nous marchons
Ici nous sommes debout

Vive l’Amérique !

Tu ne peux pas acheter ma vie…

(1) « L’amour aux temps du choléra » est un roman de Gabriel
Garcia Marquez, un écrivain colombien
(2) Petit cactus originaire du sud de l’Amérique du Nord
(3) Boisson alcoolisée mexicaine

{Traduction réalisée par Mimosa}

Source : http://www.paroles-musique.com/traduction-Calle_13-Latinoamerica-lyrics,t163964

Autres versions de Latino América par Calle 13 – residente :

L’officielle : https://vimeo.com/29729951

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *