Le Venezuela quitte l’OEA

Le Venezuela quitte l'OEA

Le Venezuela quitte l’OEA – Amérique Latine : Le départ du Venezuela pourrait être le début de la désintégration de l’OEA (Bolivar Infos).

Le Venezuela quitte l’OEA

« La récente annonce par le Venezuela de son départ de l’OEA est l’un des moments importants qui pourraient être le début de sa désintégration » affirme le journaliste Eleazar Díaz Rangel dans sa rubrique : « Les dimanches de Díaz Rangel » publiée par le journal Últimas Noticias.

« Le Venezuela est le premier pays, depuis 69 ans que cette organisation existe, à la quitter et ce pourrait être le point de départ de sa désintégration » souligne le journaliste. Il évoque cet événement comme l’un des 3 plus importants concernant le Venezuela à l’OEA.

Le premier, explique-t-il, c’était en 1960 quand le dictateur de la République Dominicaine Rafael Leonidas Trujillo a organisé des actions d’ingérence au Venezuela et attaqué le président de l’époque, Rómulo Betancourt (AD). La République Dominicaine a été sanctionnée.

Deux ans plus tard, en 1962, c’est Cuba qui a été accusée d’ingérence pour avoir soutenu les insurgés vénézuéliens, ce qui a provoqué son exclusion. Seuls le Mexique, la Bolivie, l’Uruguay et le Chili ont voté contre l’exclusion.

Bien que Díaz Rangel considère également cette organisation comme le « ministère des colonies de Washington » où les décisions prises correspondent aux intérêts des États-Unis, l’OEA a aussi été la scène de ses défaites comme le dédommagement accordé à la République Dominicaine pour avoir été envahie par des soldats états-uniens.

Actuellement, le Venezuela est le premier pays qui se retire de l’organisation à cause des actions d’ingérence soutenues par le secrétaire général Luis Almagro qui potent atteinte à l’ordre constitutionnel du pays. Cependant, avertit Díaz Rangel, ce chapitre n’est pas clos et si les positions contre le Venezuela encouragées depuis Washington se radicalisent, ils pourraient prétendre « rompre les relations diplomatiques et cesser toute relation commerciale. »

Il signale également que dans les 24 prochains mois, le panorama de l’OEA pourrait changer si des candidats progressistes sont élus en Argentine, au Brésil, en Uruguay, au Honduras « et même en Colombie. » Il existe des forces capables de révoquer Almagro, les pays membres de l’ALBA peuvent se retirer et la Communauté des Etats Latino-américains et Caribéens (CELAC) serait renforcée.

Source : Bolivar Infos publié le 1er mai 2017.
Traduction : Françoise Lopez pour Bolivar Infos
Source en espagnol : http://www.correodelorinoco.gob.ve/diaz-rangel-retiro-de-venezuela-podria-iniciar-desintegracion-de-la-oea/
URL de cet article : http://www.francecuba.org/le-venezuela-quitte-l-oea/
Date de publication de l’article : le jeudi 18 mai 2017.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *