Recul des mesures d’ouverture pour Cuba

Recul des mesures d'ouverture pour Cuba


Recul des mesures d’ouverture pour Cuba – Le Président en exercice des États-Unis, Donald Trump, vient d’annoncer l’annulation des quelques timides mesures d’ouverture envers Cuba initiées par l’ex-président Barack Obama.

Recul des mesures d’ouverture pour Cuba

Selon la tradition des administrations successives aux États-Unis depuis 58 ans, les justifications avancées ne varient pas :

  • renforcement de la sécurité nationale des États-Unis,
  • défense des intérêts politiques étrangers des États-Unis (et « ceux du peuple Cubain », est-il quand même précisé)
  • volonté d’accorder au peuple cubain une plus grande liberté économique et politique.

Ironie de l’histoire, la marche arrière fut annoncée à Miami, au théâtre Manuel Artime, du nom de l’ancien responsable politique de la « Brigade 2506 » qui mena la tentative d’invasion de Cuba à Playa Giron, en avril 1961, et qui visait précisément à écraser dans le sang la liberté du peuple cubain de choisir son système économique et social.

Il convient de rappeler inlassablement que le blocus des États-Unis, et leur prétention à l’imposer au reste du monde, constitue :

  • une violation du droit international,
  • une tentative de crime humanitaire,
  • et au regard du droit international, un acte de guerre.

Le Blocus le plus long de l’Histoire

Et rappeler aussi que ce blocus, le plus long de l’histoire, ne constitue qu’une partie de la politique d’agression des États-Unis, avec notamment :

  • l’occupation illégale d’une partie de l’île avec le tristement célèbre base militaire US à Guantánamo ;
  • la complaisance – et même la complicité – envers les auteurs des 3000 attentats terroristes et autres tentatives d’assassinat ;
  • la poursuite de la politique d’ingérence et de « changement de régime ».

La Coordination Française de Solidarité avec Cuba réitère sa solidarité avec Cuba et dénonce fermement l’acharnement de certains secteurs des États-Unis, minoritaires mais influents, à poursuivre une politique criminelle rejetée par toute la communauté internationale (à quelques rares et notables exceptions : les États-Unis eux-mêmes et Israël).

La Coordination dénonce aussi l’absence de réactions des dirigeants politiques français et européens devant le caractère criminel, illégal et prétendument « extra-territorial » du blocus décidé et imposé par la seule volonté du gouvernement des États-Unis.

La Coordination appelle toutes les organisations et responsables politiques attachés au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes à redoubler de vigilance et de détermination à combattre une politique impériale dont les objectifs visés pour le peuple cubain sont par ailleurs l’exact contraire de ceux affichés.

Coordination Française de Solidarité avec Cuba

Paris, le 17 juin 2017

Publié sur France-Cuba le 22 juin 2017
URL de l’article : http://www.francecuba.org/recul-des-mesures-douverture-pour-cuba/

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *