Revolucionarios 2 – Ni un tantico

Revolucionarios 2 - Ni un tantico
Revolucionarios 2 – Ni un tantico est la suite de Revolucionarios réalisée par Vincent Delbalat. Des participants à la révolution cubaine témoignent sur des sujets tels que la liberté d’expression, le parti unique, la « dictature », et la religion à Cuba, apportant une lumière informative bien différente de la mauvaise foi et l’ignorance largement répandues par les mainstream.

Revolucionarios 2 – Ni un tantico

Le 20 novembre dernier à Toulouse, Vincent Delbalat présentait, lors de la soirée France-Cuba Latino-Docs, son documentaire Revolucionarios. Dans une petite interview, il a précisé que la suite, « Revolucionarios 2 – Ni un tantico » était terminée et allait bientôt sortir. C’est chose faite : vous pouvez visionner sa diffusion (durée : 20 mn) gratuitement sur le site d’Art’Mur Prod et voir la bande-annonce sur Youtube.

Quelques extraits de ce que vous pourrez entendre :

« Nous sommes sereins car à travers ses institutions, l’État nous garantit la santé, l’éducation, la sécurité sociale, une vie normale. Nous sommes propriétaires de nos maisons ; c’est le seul pays au monde où tous les gens sont propriétaires de leur maison ».

« Le plus loin de la dictature c’est à Cuba, le plus loin ! Nous avons tous les ordres légaux établis, nous avons régulièrement nos élections, nous avons toute la liberté. Quelle est cette histoire de dictature ? Parce que c’est le parti unique ! Mais c’est comme ça, c’est le parti de Marti. Marti avait un seul parti, le parti révolutionnaire cubain, et nous les cubains avons décidé de le faire ainsi. »

« C’est notre forme de démocratie ; qui a beaucoup d’aspects démocratiques, mais si tu l’appliques aux dirigeants au pouvoir, depuis l’Empire romain jusqu’à nos jours, cela ne va pas correspondre parfaitement. »

« Nous, comme parti, nous avons une Assemblée du Parti national constituée de gens modestes : ici, il n’y a pas de riches ni de millionnaires. Cela ne se fait pas en fonction de la quantité d’argent que tu as, mais du nombre de votes dont tu disposes à la base. Ici les gens élisent leurs candidats à la base, par eux-même. Nous avons des congrès, des tribunes, où les gens exposent leurs idées, débattent. Mais nous n’avons pas de presse de droite, nous n’en avons jamais eu et n’en aurons jamais, car cela ne sert qu’à empoisonner l’opinion publique et tromper les gens ».

Notes :

  1. « Ni un tantico » signifie : « sans concession » ; l’expression est extraite d’un discours du Che.
  2. Voir aussi le projet de l’association Art’Mur Prod : diffusion à Cuba
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *