« Sin embargo » – Paroles cubaines sur le blocus

« Sin embargo » - Paroles cubaines sur le blocus
« Sin embargo » – Paroles cubaines sur le blocus – Sommaire des interviews sur le Blocus (et autres) réalisés par Viktor Dedaj il y a quelques années. (Le Grand Soir)

« Sin embargo » – Paroles cubaines sur le blocus

Extrait :

À Cuba, on dit que le patient est bio-psycho-social. Ça veut dire que tout son environnement est important : sa famille, son travail, son lieu d’habitation…

Extrait :

Les difficultés ont commencé avant même que le blocus ne soit officiellement instauré. Ça aussi, c’est quelque-chose qu’il faut toujours expliquer, parce qu’on est sans cesse entraîné dans des discussions sur qui a commencé quoi et quand, toute l’histoire du blocus, etc. En réalité, le blocus, cette guerre économique, a commencé dès le premier jour. Comme je l’ai dit, les choses ont commencé à disparaître et les problèmes à apparaître dés le début. Je n’ai heureusement jamais connu de problèmes de santé, mais mon frère est diabétique, et du jour au lendemain, il n’y avait plus de quoi le soigner. Petit à petit, Cuba a réussi à fabriquer de médicaments ou à se débrouiller avec l’aide des Soviétiques.

Extrait :

L’objectif du blocus est de nous affamer. Lors de la période spéciale, que tu connais, l’explosion sociale que nous avons connue, vers 1992, fut provoquée par une crise économique très aiguë. C’était une période où il manquait de tout, nourriture, vêtements… Il y a même eu une émeute. [Précision : ce que les Cubains appellent une « émeute » serait plutôt qualifié chez nous « d’échauffourée » – NdA] Fidel Castro s’est rendu lui-même sur place et l’émeute s’est arrêtée car beaucoup s’étaient lancés dans cette action sans trop réfléchir. La manifestation s’est interrompue lorsque Fidel s’est présenté devant la foule. Et les gens, qui criaient « nous voulons à manger », se sont mis à crier « Fidel, Fidel… ».


1- Préambule

2- Carlos Mendez Tovar

3- Cesar Perez Leon

4- Edel Morales

5- Emilio Comas

6- José Loyola Fernandez

7- Julio Larramendi

8- Victor Casau

9- Jardin Organoponico

10- Ernesto

11- Paula Andrea

12- Hôpital Oncopédiatrique de la Havane

13- Ricardo Alarcon


Source : Le Grand Soir.info
Auteur : Viktor Dedaj
Vignette : Ricardo Alarcon, Professeur de philosophie, Président de l’Assemblée Nationale du Pouvoir Populaire de 1993 à 2013, ex-Ambassadeur de Cuba.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *