Programmes de déstabilisation

Programmes de déstabilisation
Programmes de déstabilisation : analyse de ses déclarations par La Pupila Insomne, et traduction de l’article de Yahoo News. Obama parle de « pousser le gouvernement cubain vers une nouvelle direction » lors d’une entrevue donnée par Yahoo News le 14 décembre, bien qu’il ait déclaré, en avril, ne pas viser un changement de régime à Cuba.

Programmes de déstabilisation

Merci Obama

Programmes de déstabilisation
Capture d’écran de la vidéo de l’entrevue exclusive

Lors d’une conférence de presse tenue au Panama en avril dernier, après le sommet des Amériques, Barack Obama affirmait qu’il ne visait pas « un changement de régime » à Cuba. Cependant, dans une interview accordée à Yahoo News, à la veille du premier anniversaire de ce que les États-Unis désignent comme « une nouvelle ère » le président étasunien a réclamé une « transformation substantielle » de la société cubaine, en faisant une condition pour présenter « au Congrès des arguments plus forts pour éliminer l’embargo ».

Dans son interview à Yahoo, Obama réitère les clichés habituels des administrations précédentes sur les libertés et les Droits de l’homme et se déclare hostile à ce que les entreprises d’état soient la « force économique dominante ». Il s’oppose ainsi à l’opinion majoritaire des Cubains qui ont participé à la discussion des règles qui régissent les changements économiques dans l’ile.

Malgré ces déclarations, l’investissement d’une entreprise étasunienne dans la zone économique de Mariel pour produire de petits tracteurs destinés aux agriculteurs privés cubains attend depuis des mois l’accord de l’administration. Cela laisse penser que ce qui intéresse surtout Washington, ce n’est pas le développement d’une économie productive non dirigée1, mais la possibilité de lier directement des entrepreneurs privés aux États-Unis et de les enrôler dans son entreprise de déstabilisation.

Alors que tous les visiteurs le font déjà, comme par exemple John Kerry et Roberta Jacobson, le président a présenté comme un défi « la possibilité de rencontrer et de parler avec tout le monde » lors d’un hypothétique voyage à La Havane. Le message, qui défie en apparence le gouvernement cubain, s’adresse en fait aux congressistes de l’extrême droite de Miami : il est évident que le « tout le monde » désigne les bénéficiaires des plus de cinquante millions de dollars que ces congressistes obtiennent tous les ans du Congrès et que l’administration destine à des « programmes pro-démocratie ».

Barack Obama a demandé que « les réformes s’accélèrent ». En réitérant les déclarations de Carmelo Mesa Lago qui réclamait dernièrement dans le journal El Pais une presse et une université libres, il a donné raison à ceux qui voient dans le quotidien madrilène « l’organe officiel de la Maison Blanche en espagnol ».

Comme si la panoplie de mesures de déstabilisation ne suffisait pas – maintien des crédits multimillionnaires en faveur des programmes de subversion et des instruments de propagande de Radio et TV Marti, de la politique migratoire des pieds mouillés- pieds-sec, de l’incitation faite aux médecins cubains de déserter2 – l’interviewé ironise à propos du droit historique de Cuba sur Guantanamo. Le président a déclaré :

« Je ne doute pas qu’ils seraient enchantés de récupérer Guantanamo. Mais je soupçonne que ce sera une discussion diplomatique longue qui durera au delà de mon administration ».

En décembre 2014, conscient du fait que le sommet des Amériques au Panama n’aurait pas lieu sans la présence de Cuba, fragilisé par la levée de boucliers qui avait accueilli sa déclaration dénonçant le Venezuela comme une menace pour la sécurité nationale des États-Unis, Barack Obama fut obligé de tenir un discours conciliant. Aujourd’hui, ragaillardi par les victoires électorales de ses alliés en Argentine et au Venezuela, il ne dissimule plus sa volonté d’ingérence.

Tous les instruments de la stratégie anti-cubaine sont encore en place3 : la politique migratoire sélective et discriminatoire, les fonds et les programmes d’entrainement à la subversion, les transmissions illégales de radio et télévision. Les États-Unis tentent d’y ajouter les difficultés que le contrôle parlementaire de leurs alliés vénézuéliens entrainera pour l’Alliance économique avec la révolution bolivarienne. Ils essayent aussi d’utiliser à leur profit les changements dus aux rétablissement des relations : accès aux institutions et aux fonctionnaires cubains par l’intermédiaire de leur ambassade, échange de délégations et recherche d’alliés dans le nouveau secteur privé des services, présence croissante de visiteurs étasuniens à Cuba.

Indépendamment du fait que Obama voyage ou non à Cuba en 2016, la confrontation s’approfondit et l’enjeu devient transparent Avec ses déclarations à Yahoo News, le président étasunien révèle l’hypocrisie dont il a fait preuve le 17 décembre 2014. Il confirme que Washington ne change de posture que sous la pression et nous remet aussi en mémoire le fait le plus éclatant de ce jour-là : le retour des antiterroristes injustement condamnés et emprisonnés aux États-Unis4. Merci Obama.

Auteur : Iroel Sanchez, le 16 décembre 2015

Source : La Pupila Insomne

Traduction : Maïté Pinero (Source : Le Grand Soir.info « Merci Obama »)

 


 

Obama veut vraiment venir à Cuba, mais uniquement si les conditions lui conviennent

Programmes de déstabilisation
Les présidents Raul Castro et Barack Obama devant les médias avant une réunion bilatérale en Septembre 2015, au siège des Nations Unies. (Photo: Andrew Harnik / AP)

Le président Obama a promis lors d’une interview exclusive avec Yahoo News qu’il  espère «beaucoup» se rendre à Cuba au cours de sa dernière année de mandat, mais seulement s’il peut rencontrer des dissidents « pro-démocratie ».

«Si je fais une visite, alors une partie du contrat sera que je puisse parler à tout le monde », a déclaré Obama. «J’ai très clairement fait savoir lors de mes échanges avec le président [Raul] Castro, que nous allions continuer à tendre la main à ceux qui veulent élargir l’espace de, vous savez, la liberté d’expression à l’intérieur de Cuba. »

Lors de son discours au Cabinet Présidentiel5 de la Maison Blanche, Obama a fortement laissé entendre qu’il prendrait une décision « au cours des prochains mois. »

Le président a dit espérer que « l’année prochaine », lui et ses principaux collaborateurs verront assez de progrès à Cuba pour qu’ils puissent dire  :

maintenant c’est le bon moment pour faire la lumière sur les progrès réalisés, mais peut-être aussi pour y [aller] afin de pousser le gouvernement cubain vers une nouvelle direction.

Les Conseillers de la Maison Blanche décrivent en privé la visite d’Obama – sous de bonnes circonstances – comme l’aboutissement logique de la nouvelle orientation politique qu’il a annoncée il y a presque exactement un an.

Le 17 décembre 2014, Obama et Raúl Castro ont stupéfié le monde en révélant qu’ils avaient tenu des négociations secrètes et étaient prêts à entrer dans une nouvelle ère des relations US-cubaines, à commencer par la reprise des relations diplomatiques complètes. Les ambassades  sont rouvertes à La Havane et à Washington, les États-Unis ont enlevé Cuba de la liste des États soutenant le terrorisme, et des mesures ont été prises des deux côtés pour augmenter les possibilités de voyages et d’entreprises.

Obama a entrepris de nombreux changements en utilisant ses pouvoirs exécutifs, et a indiqué dans l’interview qu’il continuerait à chercher des moyens de le faire en 2016. Mais Obama a besoin du Congrès pour que l’axe central de pression exercé sur Cuba depuis la Guerre Froide Nord-américaine soit révolu, et pour lever le blocus commercial.

Auteur : Olivier Knox, le 14 décembre 2015

Source : YahooNews « Obama really wants to go to Cuba, but only if the conditions are right »

Traduction : Admin site pour France-Cuba

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *