Il y a 4 ans mourait Hugo Chavez


Il y a 4 ans mourait Hugo Chavez – Le 5 mars 2013, il y a quatre ans déjà, tombait une nouvelle que redoutaient tous les amis du Venezuela et de l’Amérique Latine. Une annonce qui a endeuillé tous ceux qui pensent qu’un peuple qui lutte pour sa liberté est plus grand que les politiciens avides de pouvoir qui tentent de le soumettre : Hugo Chávez Frías venait de mourir.

Il y a 4 ans mourait Hugo Chàvez

 

Il y a 4 ans mourait Hugo Chavez

Depuis des mois et des mois, le président du Venezuela luttait contre un cancer qui a fini par l’emporter. Un des rares combats que Hugo Chávez n’a pas gagné.
Du moins en apparence.
Car la mort, la définitive, c’est celle de l’oubli, quand tous ont oublié celui qui est parti.

Combien de supposés grands hommes, qui ont connu une gloire éphémère, n’ont laissé aucune trace dans la mémoire de l’histoire ?
Che Guevara, Fidel Castro et Hugo Chávez ont rejoint Simon Bolívar au firmament des héros, eux qui ont tout sacrifié à leur idéal et qui ont voulu que naisse un monde nouveau, plus juste, plus solidaire, plus heureux. Ils restent pour nous une référence, un exemple.

Hugo Chávez Frías ne nous a pas vraiment quitté

Lors d’un Sommet sur l’Amérique Latine où le roi d’Espagne avait été convié, le monarque, plus passionné par la chasse à l’éléphant ou par la conquête de jolies femmes que par les débats, s’était discrètement endormi. Un éclat de voix passionné de Hugo Chavez l’avait réveillé en sursaut. « ¿Por qué no te callas ? », (pourquoi tu ne te tais pas ?) avait grogné Sa Majesté, qui avait le réveil grognon.

La réponse est simple : parce que c’était son devoir de parler, de défendre sa patrie, de plaider pour l’avenir de la Révolution Bolivarienne et des peuples d’Amérique Latine, si longtemps écrasés par l’Espagne de Juan Carlos et par ceux qui lui avaient succédé.
Et le Bourbon, auquel le président du Venezuela avait répondu par le mépris, était sorti ridiculisé de l’incident.

Il n’est pas facile de faire taire celui qui parle au nom d’une juste cause : même la mort n’y arrive pas.

Ce 5 mars, nous ne pleurons pas Hugo Chávez Frías, car il ne nous a pas vraiment quittés. Nous saluons sa mémoire avec le respect et la tendresse que l’on doit à un compagnon dont nous poursuivons le combat.

¡Hasta la victoria, Hugo !

Auteur de l’article :

Annie Arroyo (

France-Cuba)
URL de l’article :
http://www.francecuba.org/il-y-a-4-ans-mourait-hugo-chavez/
Date de publication de l’article : le
10/03/2017
Photo vignette : Photo: José Cruz/ABr

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *